LE SIGNE‎ > ‎LOGOS‎ > ‎SEEREER-ô-LOGOS‎ > ‎Chapitre 1 : PRELIMINAIRES‎ > ‎

1. Seereer-wiino et Seereer-leŋ

Classification linguistique :

parlers seereer ou « langues cangin »



Baako Njobbo

[*] (Ce texte est extrait de mon mémoire de maîtrise en linguistique sur la "Phonologie du Seereer-kelaala" (2005). Dans mon dernier article intitulé "The ethnolinguistic classification of Seereer in question", je propose de scinder le groupe Seereer en deux sous-groupe: Seereer-wiino et Seereer-leŋ. Je propose aussi de séparer l'analyse ethnique et celle des langues seereer)

En Afrique la langue[*] constitue un support primordial sur lequel les populations projettent leur identité menacée. Et comme le souligne si bien Makhtar DIOUF [1]: « c’est la langue qui tend de plus en plus à être le facteur le plus pertinent de l’identification ethnique » au Sénégal.  On serait tenté de croire, dans un tel contexte sociolinguistique, que chaque groupe ethnique a une langue qui lui est propre et qui le distingue des autres groupes; autrement dit que la langue est un critère suffisant pour classer les groupes ethniques. 

Pourtant la réalité en est tout autre car il faut préciser que la langue n’est pas le seul critère de définition de l’ethnie. C’est ainsi que l’on peut retrouver à l’intérieur d’une même ethnie au Sénégal des parlers différents. C'est le cas du groupe ethnique Joolaa (groupe ethnique du sud-ouest du Sénégal), en dépit de l’existence notoire de différents parlers et parfois même de l’absence d’intercompréhension linguistique[2] entre ces parlers, l’unité culturelle, ethnique et linguistique de ce groupe est attestée.

Aussi si l’on considère les Seereer [Seereer-wiino] de la région de Thiès (Saafeen, Ndut, Noon, Laala, Paloor-sili) ne se distinguent de ceux du Sine [Seereer--leŋ] que par leur langue. Sur la base de cette distinction linguistique, des linguistes tels que PICHL[3], SAPIR [4], DONEUX [5] opposent les parlers seereer du Sine à ce qu’ils appellent les «langues cangin »[6] de la région de Thiès.  Ceci n’est pas sans engendrer un véritable malaise, surtout au niveau de la communauté (intellectuelle !) Seereer elle-même. Des voix s’élèvent dans cette communauté pour remettre en question le refus de l’appartenance des parlers dits « cangin » à la communauté linguistique seereer. C’est le cas de l’historien Ismaïla CISS [7] et des linguistes tels que Gabriel GUEYE [8] et Souleymane FAYE[9] pour ne citer que ceux là. Ceci nous incite à nous pencher sur les différentes conceptions linguistiques liées au seereer.

1.2.1.          Cangin .

Les « langues cangin », « ensemble relativement homogène »[10], appartiennent au sous-groupe de la branche nord-ouest-atlantique de la famille Niger-Congo »[11]. L'appellation «langues cangin » est forgée en Linguistique africaine par l’autrichien Walter PICHL en 1966[12]. Du fait de la proximité de l’habitat de la communauté linguistique ainsi considérée par rapport à la ville de Thiès[13], il a rassemblé les parlers qui la composent sous cette appellation générique de « langues cangin ». En réalité c’est, simplement, une indication géographique permettant de localiser le groupe linguistique constitué du (ke)laalea (encore appelé lehar), du ndut, du noon, du saafi-saafi et du sili (encore appelé paloor). Par conséquent ce n’est ni la dénomination de ces parlers par leurs propre locuteurs, ni une identification de ces groupes par les autres ethnies voisines.

L'appellation « cangin » sera pourtant largement reprise aussi bien par les linguistes eux-mêmes, les historiens, les sociologues... qui se sont penchés sur l’étude de ces groupes.  Cependant cette appellation est vivement rejetée par des intellectuels, surtout ceux des communautés linguistiques ainsi qualifiées, qui jugent le plus souvent qu’il n’a « aucun fondement scientifique ».

1.2.2.    Refus de l’appartenance des " langues cangin" au seereer.

Notons avec Raphaël A. NDIAYE[14] que « Les recherches menées sur les Sereer sont loin d’avoir été unanimes sur la question des origines de ce peuple […] La difficulté est apparue d’autant plus nettement que les directions indiquées, comme correspondant à leurs points de départ [lors de leur migration vers leur zone d’habitation actuelle], se trouvent aux antipodes des unes des autres. Suivants les endroits du pays où les enquêtes sont menées, certains avancent le nord comme origine, tandis que d’autres indiquent le sud si ce n’est l’est. »[15]. Une tendance en classification des langues africaines consiste aussi à différencier les parlers seereer de la région de Thiès de ceux du Sine. Ainsi, malgré la conscience de ces groupes d’appartenir à l’ethnie Seereer[16] (cf. littérature orale de ces groupes) nous constatons que PICHL[17], SAPIR [18] et DONEUX, [19] pour ne citer que ceux-là dans le domaine linguistique, se fondant sur des opérations logiques, vont jusqu’à refuser au groupe de « langues cangin » leur appartenance au seereer.  C’est aussi le cas de Gravrand  qui, dans une étude socio-historique de référence, les distingue catégoriquement de la souche originelle Seereer. Selon l’auteur de Civilisation sereer : cosaan ce peuplement, radicalement différent des apports authentiques Seereer, s’apparente aux « premiers occupants du Sénégal, Bédik, Bassari, Coñagi, Bajaranke, Baynuk » autrement dit des groupes qui « parlent [des] langues Tende et Ñun » [20]


1.2.3.    Seereer à part entière.

Des voix s’élèvent, surtout dans la communauté intellectuelle Seereer, pour remettre en question la pertinence de l’appellation « langues cangin » et ses répercussions idéologiques (le refus de leur appartenance au sereer) dans la classification des groupes ethnolinguistiques concernés (Ndut, Saafi, Laala, Noon, Paloor-sili).

Si l’on en croit Ismaïla CISS[21], historien spécialiste de la société seereer, « “langue cangin“ est un concept idéologique et n’a aucune réalité scientifique »[22]. Il lui préfère la dénomination « sereer du Nord-Ouest de la région de Thiès» encore plus précis. Selon lui "Les Sereer du Nord-Ouest forment des communautés implantées dans l’actuelle région de Kees[23], ils sont ainsi appelés parce que leur aire d’implantation se situe géographiquement au Nord-Ouest de l’ancien royaume du Sine habité par des Sereer"[24]. Et Gabriel GUEYE [25] convaincu de « l’unicité du groupe Sereer » explique « Le manque d’intercompréhension » linguistique comme « dû à l’isolement du groupe “Cangin“ » par rapport au Sereeer du Sine. Quant à Souleymane FAYE, linguiste au Centre de Linguistique appliquée de Dakar (CLAD),  les Seereer du Sine et ceux de la région de Thiès forment un groupe linguistique homogène[26]. Selon lui « la structure de base de la langue est la même chez tous les Sereer; il se trouve seulement que le sereer parlé dans la région de Thiès a été altéré [!] du fait de ses contacts avec le wolof prédominant dans toute la zone environnante »[27]. Plus encore Souleymane FAYE souligne dans un article[28] publié récemment (en collaboration avec Hillebrand DIJKSTRA de la SIL) que :

« Les langues dites cangin sont une branche “seereer“ dont la parenté génétique avec le seereer-siin est indéniable. C’est ce qui justifie leur appellation de “seereer-cangin” »[29]


AUTEUR: Papa Oumar Fall